Le pollen

 

LE GRAIN DE POLLEN :

Le pollen est l'objet d'un des plus vieux contrats existant sur terre. En échange du nectar donné par la plante l'insecte transporte le pollen de fleur en fleur. C'est la pollinisation.

Les abeilles s'acquittent de cette tâche depuis plus de 50 millions d'années.Mais au passage elles gardent une partie de ce pollen pour leurs propres besoins alimentaires.

Pour faire simple disons que le pollen est la cellule reproductrice mâle de la plante. Cette matière est extrêmement résistante puisqu' on découvre dans certaines couches géologiques des pollens datant de plusieurs millions d'années.

Le pollen de chaque plante a une forme très spécifique, ce qui permet d'identifier la plante d'origine.

                                     ( voici une photo de grains de pollen agrandit plusieurs millions de fois )

La taille d'un grain de pollen varie de 0.006mm (myosotis) à 0.150 mm (courge). Les grains lisses sont en général ceux de plantes qui utilisent le vent (anémophile) comme vecteur de pollinisation, alors que celles qui utilisent un animal (entomophile) ont de nombreuses excroissances afin d'adhérer plus facilement à l'animal.    

 (Pollen entomophile)   

                    

 (Pollen anémophile) 

 

En regardant au microscope une goute de miel on peut y voir des grains de pollen, et (avec de l'expérience) identifier la plante d'origine et donc l'origine du miel. Si un type de pollen domine nettement ce sera un miel mono floral (acacia, lavande, tournesol, colza, …) sinon ce sera un miel toutes fleurs. La Palynologie est la science qui étudie les pollens et la melissopalynologie est la branche de cette science appliquée aux miels.

A l'intérieur du pollen on trouve deux noyaux de cellules, constitué de 20 à 40% de protéines. Comme les abeilles ne sont ni carnivores ni charognards, le pollen constitue leur seule source de protéines. Pour les glucides les abeilles on deux sources d'approvisionnement le nectar (végétal) et le miellat (animal). Pour les protides le pollen est la source unique, il est donc vital.

 

 La récolte :

En butinant les abeilles se retrouvent involontairement saupoudrées de grains de pollen. En passant de fleur en fleur elles vont disséminer ce pollen. Mais elles vont aussi soigneusement se peigner, d'avant en arrière, et agréger les grains en pelotes. Ces pelotes peuvent atteindre 2 à 3 mm de diamètre et peser 25mg. Ces pelotes sont stockées sur les corbeilles prévues à cet effet et situées sur la paire de pattes arrière.

De retour a la ruche, comme pour le nectar, les butineuse confient leur chargement à des abeilles plus jeunes qui vont aller stoker les pelotes de pollen dans des alvéoles situées autour du couvain. L'abeille tasse avec sa tête les pelotes au fond de l'alvéole. Contrairement au miel ces cellules à pollen ne sont jamais operculées.

Une fois stocké dans les alvéoles le pollen va subir deux fermentations lactiques. La première décompose en partie les couches de protection, la deuxième concerne le contenu. Sans ces fermentations le pollen n'a aucun intérêt nutritif. La fermentation ne peut avoir lieu que dans un milieu pauvre en oxygène (d'où la nécessite de tasser les pelotes de pollen) en présence de glucose (apporté par l'abeille grâce au nectar) et avec du pollen pas trop sec. Dans de bonnes conditions ces fermentations prennent environ 2 semaines. Ce délai est à prendre en compte quand on stimule la ponte de la reine. Il faut être certains que du pollen fermenté sera disponible, en quantité suffisante, quand la reine pondra.

La fermentation lactique est utilisée pour transformer des aliments afin de les conserver sur une longue période : Le lait sous forme de yaourt, le chou sous forme de choucroute. La conservation est due à l'acidification du produit final. Les agriculteurs l'utilisent aussi pour conserver le fourrage (Les gros sacs en plastique dans les champs ), on parle d’ensilage.les abeilles pratiquent donc l’ensilage !

 

 

La pollinisation:

 La pollinisation est une phase capitale pour la survie de la plante mais aussi pour l'alimentation de certains animaux y compris les Hommes. Sans pollinisation plus de pommes, de kiwi, de melon, de poire, de pomme de terre ect…Presque 3/4 des cultures dans le monde dépendent de la pollinisation. Sans pollinisation c'est la famine pour tous !

Certains apiculteurs tirent des revenus de ce travail des abeilles. A la demande de certains agriculteurs ils amènent sur les lieux de culture des ruches afin de garantir une bonne pollinisation. Les agriculteurs ont bien compris que « bonne pollinisation = bon rendement ». Encore faut-il qu'il y ait des abeilles !

Il faut cependant faire attention. Le fait de stocker puis de consommer une seule variété de pollen peut provoquer des carences de certains acide-amminés (les briques de base des protéines).Certains pollens, comme le maïs ou la tomate, sont plus pauvres que d'autres.

Voici une photo de fraise pollinisée par le vent (gauche) et une autre par des insectes pollinisateurs (droite), ...

  

PRODUCTION   

Une bonne colonie peu récolte jusqu'à 50 kg de pollen par an. Grâce à une trappe à pollen positionnée à l'entrée de la ruche on peut intercepter quelques kilos de ce butin. Tous les systèmes de trappe fonctionnent sur le même principe que la grille à reine. Il s'agit d'une grille constituée de trous suffisamment gros pour que l'abeille puisse y passer de justesse (5mm de diamètre) mais suffisamment petits pour que les pelotes se détachent des pattes. Le pollen tombe dans un tiroir (protégé de la pluie) que l'on doit pouvoir vider régulièrement sans déranger la colonie.Il est important soit de ne pas laisser la trappe en permanence soit d'utiliser une trappe avec un faible rendement. En effet, le  pollen est indispensable pour l'élevage du couvain. Il faut aussi penser à laisser circuler les mâles.Le filtrage à l'entrée a aussi un effet sur les sorties. Les abeilles butineuses son ralenties en entrant et en sortant et les nettoyeuses ne peuvent plus rien sortir (débris, cadavres …)

Ce que l'on récolte n'est pas du pollen mais des pelotes de grains de pollen. Les grains de pollen font moins d'un dixième de millimètre, les pelotes que l'on récolte font de 1à 3 mm.

Comme le pollen capte facilement l'humidité il faut vider régulièrement le tiroir des trappes. Ensuite on fait un premier tri manuel pour enlever certains déchets.
Soit on le congèle, à priori simple, mais il faut ensuite respecter la chaîne du froid jusqu'à sa consommation. Cette méthode préserve mieux les propriétés du pollen. Soit on le déshydrate dans un courant d'air chaud (38°C) et on le conserve dans des pots fermés hermétiquement ou on le consomme directement.

Ils n'y a pas de gros producteur de pollen en Belgique, le pollen récolté pour la grande consommation proviens en général d'Espagne. En belgique la récolte du pollen est surtout à usage privée.

                                                       

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

1 vote. Moyenne 4.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site